Ceux qui font savent : Holacracy vue de l'intérieur


Entretien de Hugo Mouraret, collaborateur chez Scarabée Biocoop, 2017


Introduction

Quel est votre poste au sein de Scarabée BioCoop ?

J’ai trois corps de métiers :
  1. Développement et innovation : cela va de la recherche immobilière, en passant par la remise des clés aux futures équipes en charge de la gestion de magasin, jusqu’à l’ouverture du magasin. Je gère également tout ce qui s’attache au benchmarking, aux innovations...
  2. Communication : je suis Community Manager, je suis aussi en charge du webmarketing (cohérence du site web, SEO...)
  3. Holacracy : du fait de mon appétence et de ma bonne compréhension du système, j’ai été nommé premier lien du cercle Holacracy. Je suis coach en Holacracy (Référent Holacracy chez nous) aux côtés de personnes. Nous formons les nouveaux entrants à Holacracy, nous proposons des formations de renforcement, des formations sur des thèmes spécifiques.... Nous mettons en danse Holacracy au sein de la structure.

Comment avez-vous découvert Holacracy ?

J’ai découvert Holacracy chez Scarabée Biocoop il y a environ 3 ans. Cela faisait une dizaine d’années qu’Isabelle Baur drivait l’entreprise. À ce moment-là, elle avait pour ambition de faire progresser l’entreprise, elle souhaitait :
  • trouver une solution pour absorber la croissance tout en plaçant l’humain au centre du dispositif
  • rendre l’organisation la plus transparente et audible possible

Depuis combien de temps pratiquez-vous Holacracy ?

Depuis bientôt trois ans.

Pourquoi avoir intégré une entreprise en Holacracy ?

Je ne l’ai pas choisi. J’ai vécu quatre ans sans Holacracy et presque trois ans en Holacracy.

Quelle est la raison d'être de votre entreprise ?

« Bio créateur exemplaire »
Bio : Scarabée Biocoop respecte l’homme et l’environnement
Créateur : Scarabée Biocoop crée des emplois, des idées, des innovations
Exemplaire : Scarabée Biocoop se doit d’être le plus « clean » possible dans sa démarche

Quelle est la place de la raison d’être ?

Sa place est primordiale. Sans raison d’être il n’y a pas de cap. La raison d’être est le premier garde-fou de l’entreprise. Ce garde-fou est très puissant, c’est le nœud, le point central de l’entreprise. Sans lui il n’y a pas d’alignement des énergies.


 

L’organisation en Holacracy


Avez-vous déjà travaillé au sein d'une entreprise dite traditionnelle ?

Oui pendant quatre ans chez Scarabée Biocoop avant l’implantation de Holacracy. J’ai également été assistant de gestion en alternance et vendeur immobilier.


Pourquoi avoir opté pour Holacracy plutôt que pour l’entreprise traditionnelle ?

C’est le choix des anciens managers, l’apanage des directeurs.
Faire des choses pour les hommes et sans les hommes c’est faire les choses contre les hommes.


Combien avez-vous de rôles et quels sont-ils ?

J’ai 25 rôles. J’ai des rôles recrutement, communication, marketing…

Quels sont les effets de la multiplicité des rôles sur le travail du salarié ?

C’est d’une part extrêmement enrichissant car on a la chance de pouvoir toucher à plusieurs métiers différents et donc casser la routine, s’enrichir etc., mais cela nécessite une meilleure organisation de travail, une meilleure priorisation. Ça demande de l’organisation et de la synchronisation avec les équipes.


Quelle est l'importance donnée aux processus organisationnels ?

Les réunions de triage et de gouvernance permettent de donner un espace de compréhension au système, d’apporter une « philosophie Holacracy » à l’organisation. Ces mécanismes offrent une vraie autonomie et laissent place à la création. La réunion de gouvernance n’est pas modifiable, à contrario, la réunion de triage est modifiable en fonction des besoins des individus. Ces réunions sont des lieux de communication et d’apprentissage.


Quelle importance revêt la Constitution en Holacracy ?

Elle est primordiale. En signant la Constitution, les anciens managers se répartissent automatiquement au sein de la structure et se soumettent aux règles du jeu. En Holacracy, personne n’est au-dessus des lois. La Constitution c’est le garant du système. Les Référents Holacracy sont là pour aider à interpréter la Constitution.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées lors de la mise en place des processus organisationnels ? (Réunion de triage, de stratégie, de gouvernance...)

La mise en place de Holacracy est très chronophage. Faire assister 25 personnes en réunions signifie remplacer ces personnes en magasin. C’est très complexe. Au début, certaines personnes voient Holacracy comme une obligation. La réunion de triage présente une limite, en effet celle-ci n’est pas adaptée à tous les corps de métiers.

Que pensez-vous de l’efficacité de ces processus ? Ces processus sont-ils performants ?

Cela dépend de la raison pour laquelle Holacracy est mis en place. Chez Auchan, Holacracy a été mis en place dans un souci d’économie budgétaire. Chez Scarabée Biocoop, Holacracy n’a pas été mis en place pour permettre à la structure d’être plus rentable, mais pour remettre l’humain au cœur du système. Holacracy est un outil offert aux entreprises qui peut être utilisé soit comme un marteau pour tout casser soit comme un outil capable de créer de magnifiques citadelles.


 

La position du salarié en Holacracy

Quels sentiments vous animent au quotidien ?

L’envie de faire avancer mon entreprise, le monde du bio et les Hommes qui la composent. C’est avec joie et entrain que je viens travailler même si c’est dur et long de faire changer les habitudes mentales dans lesquels sont parfois ancrés mes collègues.

Quel sens Holacracy donne à votre métier ?

Une meilleure responsabilisation, une meilleure autonomie, une confiance et une légitimité.

Comment vivez-vous Holacracy au quotidien ?

À merveille même si c’est dur d’embarquer tous mes collègues avec moi !

Sur une échelle du bien-être allant de 1 à 10, où vous situez-vous et pourquoi ?

9 parce qu’on peut toujours mieux faire.

Est-ce un plus ou un moins de travailler en Holacracy ?

C’est un plus. La gestion des administrations classiques est très lourde et prend beaucoup de temps. En Holacracy, on ne va pas résoudre le problème sur-le-champ mais l’on va désigner la personne qui a autorité pour résoudre la tension rencontrée. Pendant la réunion de triage, on traite 60 points en deux heures.

Quels sont les bénéfices d'un tel système pour le salarié ?

La transparence totale du système, l’évolution au sein des rôles, le traitement des tensions... C’est un système à la « japonaise » (en évolution constante).

Quelles sont les inconvénients d’un tel système pour le salarié ?

La déshumanisation nécessaire pour passer en Holacracy, la lourdeur de la mise en place du système. J’ai compris pourquoi il était indispensable de passer en Holacracy, ainsi pour moi ce système n’est pas lourd. Malheureusement on n’est pas tous égaux quant à la compréhension d’un tel système.


 

Montée en compétence

Comment Holacracy vous a permis de monter en responsabilité ?

En me disant que j’étais la meilleure personne au meilleur endroit et qu’en cela j’avais toutes les latitudes pour prendre des projets, des actions etc.

Quel est l'impact de l'absence de manager sur le salarié ?

Ça dépend les personnes. Certaines personnes adorent tandis que d’autres n’ont pas encore pris la pleine mesure de cette responsabilisation. Nous avons aussi pu constater à certains endroits un léger relâchement…

Quelle importance est donnée à l'évolution du salarié ?

Le salarié peut, comme dans n’importe quelle entreprise, demander des entretiens individuels, du coaching ou aller voir les rôles développement des compétences. Il n’y a pas de processus spécifiques pour l’évolution des salariés, mais la possibilité de postuler en interne et très fréquemment à d’autres métiers, d’autres rôles etc.
Il existe des rôles tandem, des rôles liés aux évolutions professionnelles ou des rôles liés à l’aspect émotionnel. Chez Scarabée Biocoop, il y a la “Place des marchés des talents” qui recense les rôles et les personnes de l’entreprise. Le premier lien va consulter ce marché des talents puis va affilier les personnes aux rôles en fonction de leurs aptitudes.

Que pensez-vous de la liberté conférée au salarié ?

Elle est essentielle à partir du moment où on a en tête qu’une grande liberté amène aussi de grandes responsabilités.


 

L'humain dans l'entreprise

Comment Holacracy associe performance et humain ?

Comme toute entreprise, nous avons un objectif économique, mais nous avons pour ambition première d’être « bio créateur exemplaire ». Nous avons la volonté de développer l’agriculture biologique. Aussi, nos bénéfices sont redistribués de la manière suivante : 1/3 vont aux capitaux propres, 1/3 vont aux impôts et 1/3 sont redistribués aux salariés.

Où se situe la raison d’être par rapport à l’humain ?

La raison d’être va primer, lorsque l’humain est en dehors de celle-ci. Par exemple si celui-ci vole, alors il sera « viré ». Dans ce cas, la raison d’être va primer sur l’individu.

Quelle est la place pour l'affect, les émotions ?

A la base, il n’y en a pas, mais il est nécessaire que les rôles s’en occupent.

Quels sont les systèmes mis en places par votre entreprise profitant aux relations humaines ?

Il y a des rôles célébrations, dédiés aux repas et aux moments forts vécus au sein de l’entreprise. Il y a aussi des cercles créateurs de lien et de bonheur (ils créent des rôles de parrain et de marraine). Ces cercles permettent l’échange de savoir gratuit.
Scarabée Biocoop offre énormément d’avantages sociaux à ses salariés :
  • Cours de yoga
  • 30 % de réduction sur tous les produits
  • Jours fériés en plus de ceux accordés normalement
  • Pas de jours de carence
Pourriez-vous qualifier le type de relations entretenues avec vos collègues ?

Excellentes avec mes collègues proches et disparates avec mes collègues moins proches. Il existe de petites choses pour recréer des relations.

Quelle est la place du collectif ?

Les gens pensent que l’on supprime le collectif. De l’intérêt collectif naît des choses que l’on ne peut pas penser seul.


 

Holacracy dans le futur


Dans quel type d'organisation vous voyez-vous dans cinq ans ?

La même.

Selon vous quelles seront les organisations de "demain" ?
  • Les organisations opales (cf. Reinventing Organization de Frédéric Laloux)
  • Les organisations en intelligence collective
  • Les organisations où les processus respectent l’humain et l’environnement
  • Holacracy parmi d’autres
Dans de nombreuses entreprises, travail et vie privée s’effacent peu à peu. Aussi, les valeurs personnelles sont de plus en plus proches des valeurs de l’entreprise.

Dans quel cas conseillerez-vous Holacracy ?

Tout dépend de l’activité et des règles du jeu de l’entreprise.

Pouvez-vous me donner cinq mots pour qualifier Holacracy ?

Transparent, agile, créateur, liberté, autonomie.

Entretien réalisé par Marie CONDY, dans le cadre de son mémoire de recherche réalisé pour l'INSEEC Business School (année scolaire 2016/2017).

 
Écrit par :
Portrait de Rémi
Rémi Vouliot
Rémi découvre Holacracy en 2016 au sein d'une entreprise de développement. Rapidement passionné par ce nouvel outil, il prend en charge le projet Holacracy au sein de son équipe. Il rejoint finalement iGi en 2018.
A lire sur le même sujet

Commentaire

Posez une question ou Laissez un commentaire

Portrait de Marie
Marie
mar, 02/13/2018 - 12:19
Il est toujours agréable de voir que les boutiques bios sont elles aussi tournées vers l'humain !